Comment les médias déforment les faits

Un exemple parmi des milliers d’autres : les médias engagés contre les faits et contre la réalité, déforment les études et présentent tout de manière biaisée.

Dans un article du 30 novembre 2019, le site Futura-Sciences titre « les petits garçons préfèrent les poupées aux camions ».

Or c’est faux à plusieurs titres :

  • Premièrement, l’article cite une étude sur des bébés de 4 à 5 mois, qui « préfèrent » des choses. Il est bien indiqué que à cet âge, « préférer » veut dire « regarder plus longtemps ». Donc ils « préfèrent » les poupées, mais ce sont des bébés, par des « petits garçons » ce qui laisserait penser qu’ils ont 1 an ou 2 juste avant d’avoir été « influencé » par la société.
  • Or la réalité est bien plus simple pour quiconque connaît le développement des bébés : à 4 mois, un bébé reconnaît à peine les formes, les couleurs, il commence à peine à voir. Il est donc tout à fait normal qu’à cet âge les bébés préfèrent une chose anthropomorphe (une poupée) à un objet qu’ils n’ont jamais pu observer en entier (une automobile) et dont l’abstraction les dépasse encore.

De plus, l’article reconnaît en préambule ceci :

« Des études précédentes tendent à montrer qu’effectivement, dès six mois, les garçons préfèrent les jouets à roulette, alors que les filles demandent davantage à prendre soin d’un poupon. Une propension qui relèverait (du moins partiellement) de l’inné, si l’on en croit les résultats d’une recherche de 2008 menée chez le macaque. Les mâles testés préféraient intrinsèquement les voitures, »

Cela prouve tout simplement qu’à 6 mois, lorsque l’intelligence s’est développée naturellement (selon un programme préconçu, on ne peut pas penser qu’un enfant de 6 mois soit « influencé » par un adulte) l’assignation sexuée s’est faite et OUI les garçons préfèrent les voitures.

De plus, mon hypothèse sur la préférence anthropomorphe des petits de 4 mois est confirmée par l’étude qui indique qu’ils préfèrent les visage (du sexe opposé d’ailleurs !) aux objets.

La conclusion de l’article « pas de différence liée au genre dans la petite enfance » est donc entièrement fausse : les touts petits préfèrent naturellement les visages du sexe opposé ET dès que leur intelligence s’est assez développée. Voilà un exemple concret de la désinformation qui sévit dans tous les médias mainstream et fait une lecture complètement déformée des faits scientifiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.