Coronavirus : mensonges et erreurs

Beaucoup de chose ont été écrites sur le Coronavirus « Covid-19 » ces derniers jours. Il y en effet beaucoup à dire sur la source du virus, comment il s’est propagé, si les états ont été efficaces pour nous en protéger, et mêmes sur la qualité des médecins « experts ».

La source du virus

Nous savons, par plusieurs articles bien sourcés, que ce que Trump s’acharne à appeler « la grippe de Chine » n’est pas forcément venu de Chine. Si au départ, les premiers cas ont été documentés à Wuhan, on a ensuite découvert qu’il y en avait eu d’autres avant.

En résumé, nous apprenons plusieurs informations qui laissent penser que la source du Virus est aux USA :

  • Les premiers cas à Wuhan ont été infectés par d’autres venant d’ailleurs, car la quarantaine de premiers infectés a été analysée par les experts chinois, et ils n’ont pas trouvé de patient 0. Si l’épidémie était venue, comme le dit la théorie officielle, par la consommation de viande de Pangolin, elle-même contaminée par l’animal hôte (chauve-souris), alors le patient 0 serait à Wuhan.
  • Mais ces analyses, ainsi que celles faites en Italie et en Iran, montre qu’il s’agit de souches différentes du virus
  • Or, les experts ont conclu que les premières infections dans le pays monde de la mi septembre 2019, bien avant la détection à Wuhan
  • Parce que le marché de Wuhan est un gros regroupement de population, c’est effectivement le point commun, accélérateur pour la diffusion du virus, mais pas sa cause.
  • L’apparition du virus en Chine est contemporaine des jeux militaires, du 18 au 27 octobre 2019, dans lesquels, étonnamment, l’armée américaine finit 35e ! Alors que leur délégation était en nombre tout à fait standard pour les grandes nations. Visiblement, les USA sont toujours nuls aux jeux militaires. Mais ils ont bien pu se balader au marché et être des vecteurs du virus
  • Le seul pays où toutes les 5 souches du virus sont trouvées est : les USA
  • Le site de Fort Detrick, laboratoire P4 de l’armée américaine, est fermé en août 2019 par le CDC car il a eu des « fuites » de germes toxiques. Tiens tiens. Le même laboratoire suspecté d’avoir fait fuiter l’anthrax au début des années 2000.

Tout cela fait vraiment beaucoup. Maintenant que vous savez d’où vient probablement le virus : pourquoi a t-il été lâché ?

Pourquoi ce virus ?

N’importe qui de sain se dit : il est impossible que des esprits humaines cherchent à construire des armes biologiques, et encore plus à les tester en conditions réelles. Et pourtant..

Nous venons de voir plus haut qu’il existe des laboratoires P4 à visée strictement militaire, donc, on est pas des bisounours, qui cherchent à créer de nouveaux virus pour faire la guerre avec. Après tout, les humaines ont aussi inventé les bombes atomiques.

Notons, comme nous l’expliquerons plus tard, que le grand danger de ce virus est sournois : ce n’est ni sa létalité, somme toute assez faible, ni son expansion, pas si rapide que ça. C’est sa capacité à mettre HS en à peine un mois tout le service de santé d’un état, en remplissant ses urgences de patients en réanimation à cause de problèmes pulmonaires. Ajoutez à cela la destruction de l’économie car le confinement est une des options de réponse face au virus : vous avez là un cocktail explosif que tous les Kadafi de la terre aimeraient posséder.

Maintenant, pour vous, de quoi le monde a besoin pour changer, pour aborder les défis du 21è siècle de façon plus efficace ? Plus de coopération entre les pays ? Plus de numérique ? Plus de robots ? Plus de spiritualité ?

Vous avez tout faux. Dès 2009, Jacques Attali, sinistre représentant de l’élitocratie autoproclamée, très proches des décideurs de ce monde (par exemple les fameux Bilderbergers, qui se réunissent chaque année pour ne rien décider du tout, car ce serait complotiste de penser que des hommes de pouvoir se réunissent pour augmenter leur pouvoir), Jacques Attali écrivait donc sur son blog de l’Express:

Et,  même si, comme il  faut  évidemment l’espérer, cette crise n’est  très  grave, il ne faudra pas oublier , comme pour la crise économique, d’en tirer les leçons,   pour qu’avant la prochaine, inévitable, on mette en place des mécanismes de prévention et de contrôle et des processus logistiques de  distribution équitable des médicaments et de vaccins.  On devra  pour cela mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc  une fiscalité mondiale.  On en viendra alors, beaucoup plus vite  que ne l’aurait permis la  seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial.   C’est d’ailleurs par l’hôpital  qu’à commencé en France au 17ème siècle la mise en place d’un véritable Etat.

j@attali.com

L’ensemble du texte mériterait d’être commenté, un très bon exercice pour des terminales. Attali en effet justifie à demi-mots que lors d’épidémies, on utilise des réponses totalitaires, et qu’ensuite « une fois la crise passée,  elle transforme ces  mécanismes  pour les rendre compatibles avec  la liberté individuelle »

Mais surtout, il nous indique le rêve des mondialistes (la plupart de ses textes reflétant ses envies secrètes, plus que la réalité) : allez une bonne pandémie, et on pourra enfin instaurer le gouvernement mondial que je souhaite. Loin de NOM l’idée de dire que Attali ou ses ami sont responsables de cette pandémie. Mais nous constatons seulement que, si vous vous demandez pourquoi Macron veut à tout prix mettre en oeuvre des mesures liberticides, plutôt que de lutter avec des masques, et des tests systématiques, c’est parce que ses amis lui ont demandé de ce servir de la pandémie pour diriger la France vers un gouvernement mondial

La vraie situation en France

Le virus change les fractures entre partis et au sein des familles. C’est assez étrange. Certaines personnes, « anti extrêmes », demandent l’intervention de l’armée pour faire respecter un confinement très strict, car elles sont totalement flippées, le cerveau retourné par BFM.

D’autres, à l’extrême droite, suspectent aussi le président de ne pas en avoir fait assez, par exemple sur ce site, mais il y en a beaucoup d’autres (nous avons choisi ce site car il parlait aussi d’Attali). Complot pour tuer des vieux blancs, il fallait fermer les frontières qui allaient nous protéger par magie (quid des milliers de français qui étaient en Chine ?).. les raisonnements simplistes à la sauce FN ont finalement grillé le cerveau de pas mal d’autres personnes, y compris parmi des proches qui sont tout sauf FN.

En fait, Macron ne s’en sort pas si mal. Il a toujours essayé de réagir, au jour le jour, en fonction de l’évolution des courbes de morts et de cas graves. Pourquoi ? Parce que personne ne sait comment cela va évaluer, même si les pays asiatiques ont réussi à stopper l’épidémie.

Les rapports alarmistes disent qu’il pourrait y avoir jusqu’à 500 000 morts en France. Mais pour cela ils utilisent des paramètres de létalité largement surestimés. Cela, pour la simple raison que la majorité des cas ne sont pas testés.

Si ainsi, en date du 19 mars (car cela évolue très rapidement), il y a environ 300 morts et 10 000 infections de coronavirus, cela ne veut PAS dire qu’on a 3% de chance d’en mourir. En effet, il est plus que probable que le nombre réel de cas est 10, 20 voire 30x supérieur (le nombre de 30x a été donné par le ministère britannique de la santé, qui alors que le nombre de cas était d’environ 1850 selon ses propres chiffres, disait que le nombre total de personnes infectées avait probablement été de 55 000). La létalité est très probablement égale voire inférieure à une grippe « normale ». Rappelons qu’en moyenne, en France, une grippe « normale » va toucher environ 800 000 personnes pendant l’hiver, et en tuer 8 000 : soit 1%

Lorsque certains disent que la grippe ne tue que 0,15% des gens qui l’attrapent, c’est vrai aussi, mais on ne parle pas de la même chose : ce chiffre concerne les morts dont la cause principale et première de mort, est la grippe (le gros des morts, donc, avait déjà une autre affection chronique ou passagère, qui a entraîné une grippe, et non l’inverse)

Le coronavirus lui donc a une létalité, somme toute, plutôt de l’ordre de 0,2 ou 0,3%. Pourquoi alors on en fait tout un plat ?

Parce que contrairement à la grippe :

  • Il n’ y a pas de vaccin : les population à risque n’en sont donc pas protégées
  • Il peut toucher tout le monde : sa transmission est similaire (environ 3 personnes infectées par 1 personne qui l’a attrapé) mais le virus, au lieu de faiblir en se transmettant, mute et donc finit par infecter la majorité de la population.
  • Il créé de nombreux malades qui passent 2 ou 3 semaines en réanimation car fortement touchés au niveau des poumons : cela engorge le système e santé (seulement 7 000 lits de réanimation en France) et cause le risque de devoir « trier » les patients faute de lits, en laissant mourir certains.

Si le chiffre de 500 000 morts est largement exagéré, il n’est pas impossible, en l’absence de mesures, que 30 à 40 millions de français l’attrapent. Un chiffre maximal de 80 000 morts est donc possible, l’ordre de grandeur de 30 000 étant le plus probable si nous devions donner une fourchette.

Il faudrait un calcul statistique bien fait, mais il est probable que la stratégie de confinement prônée par Macron, en « aplatissant » la courbe des contaminés, permette de limiter le nombre total de morts à environ 10 000. Est-ce que sauver 20 000 personnes doit être fait en sacrifiant la production et la liberté ? C’est un dilemme éthique. D’autant plus perturbant que les pro-avortements n’hésitent pas à tuer 200 000 enfants dans le ventre de leurs mères chaque année.

La stratégie

De nombreuses critiques sont faites sur la stratégie choisie par Macron : le confinement est quasiment inutile : il retarde l’épidémie, mais en l’absence de vaccin ou de moyen d’affaiblir le virus, il peut renaître plus tard, par exemple à l’automne 2020. Voila pourquoi la stratégie anglaise de « l’immunité collective » n’est pas du tout idiote, à condition d’être accompagnée de mesures pour « aplatir » la courbe autrement :

  • Tester les gens ayant les symptômes au plus vite
  • Protéger le personnel en risque (policier, santé, vendeurs, etc) avec des masques
  • Petites parenthèse, l’état ne cesse de répéter que les maques ne servent à rien, mais il va en distribuer en prison..

Pourquoi la France ne fait pas cela ? Parce que nous n’avons ni masques, ni tests. Ce n’est pas forcément la faute de Macron, il fait avec les moyens du bord

De nombreux docteurs et scientifiques le disent : l’approche de Macron est nulle (et probablement dicté par ses potes mondialistes) : mais c’est hélas la seule que la France ait pour le moment de faisable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.