Épisode 12 : Vaccin, puce et 5G : n’importe quoi

Parce que sur ce site nous cherchons la vérité, nous tombons aussi sur de nombreux articles véhiculés par des gens sincères qui hélas sont crédules et relaient n’importe quoi. Les « résistants » gobent des bêtises tout aussi grosses que les covidistes. Dans cette vidéo, je reviens donc sur la rumeur qui lie les vaccins contre le covid, les antennes et technologie 5G, et les puces.

Je vous parle aussi des traçages via le fingerprinting et des plans de « surveillance de masse » des géants du web, des passeports digitaux.

Bonus :

La page du World Economic Forum (WEF) sur le « Internet of Bodies ».

Contenant un PDF sur l’Internet of Bodies dont la copie est ici (licence Creative Commons)

Derrière tout un blabla bienveillant sur le fait que ces technologies posent des risques de discrimination, la position est en fait d’autoriser une collecte des données, qui sera auto régulée par l’industrie, comme c’est « si bien » fait dans le domaine de l’internet par Google ou Facebook.. ça donne confiance hein.

Page 18 : « 

Existing requirements of
deidentification, such as the HIPAA Safe Harbor
Provision that requires the removal of 18 types
of identifiers, have been criticized for hampering
research activities without offering effective privacy
protection »

En gros : la HIPAA nous saoule avec ses règles anti identification, ça empêche la recherche d’avancer..

Page 22 :

This requires a clearer definition of
data ownership and better control of users’ own
data. Users will be supported with the knowledge
of how their data is used, and the ability to access
and correct their information, including the means
to address unfair inferences and analytics.

Là, le but est de créer une sorte de « CNIL des données corporelles » et un droit de savoir ce qui est utilisé et même parfois de s’y opposer.. si c’est « unfair ». Faites confiance à l’industrie elle-même pour vous dire ce qui est « unfair »… Autrement dit, sous couvert de protéger les peuples dans 5% des cas, on instaure le droit des sociétés privées à voler ces données dans les autres 95% des cas. Bien sûr, la possibilité d’interdire ou limiter drastiquement ces objets invasifs n’est pas du tout imaginée : vive les puces dans le corps : ce n’est pas du complotisme, c’est le WEF qui propose de diviser ces objets (dans la loi) en 4 classe : puce médicale (par puces j’entends objets à l’intérieur du corps), puce non-médicale, corporel médical et corporel non-médical. Hop. Le piège se referme. Enfin, un bon résumé de la position du WEF sur les puces de traçage sur trouve sur le site Sociable.co

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.