Hellfest : démoniaque ou pas ?

janvier 11, 2014 by Tradition No Comments

En lisant le salon beige en juillet 2011, je suis tombé sur un billet qui reprenait une partie d’un poste d’un blogueur nommé Pneumatis. Le but de cette citation était de prouver que le festival Hellfest est en partie démoniaque.

1 PNEUMATIS

Le 2e billet de Pneumatis est par exemple ici :
http://pneumatis.over-blog.com/article-petite-mise-au-point-77797223-comments.html#anchorComment

Il faut bien lire plusieurs articles de ce blogueur pour d’abord comprendre qui il est. Il a l’air d’un honnête homme, qui a versé dans l’occultisme avant de se tourner vers la foi catholique. Sans vouloir être trop critique (qu’il m’excuse s’il me lit par hasard), son esprit a l’air encore embrouillé par ces expériences néfastes : il a de très bonnes réflexions et connaissances, mais peine à synthétiser tout cela pour en tirer une conclusion claire. C’est visible dans plusieurs articles autres, par exemple son article sur le « mariage » homo.
Donc Pneumatis essaye de faire dialoguer chrétiens et métalleux. Louable idée.
S’il est aussi louable de vouloir participer à quelque chose avant de le dénoncer, je trouve cela dangereux dans le cas précis : qui aurait l’idée de participer à une messe noire (pour prendre un exemple extrême) pour vérifier si elle est vraiment démoniaque ? ou à s’inscrire chez les francs-maçons ? etc.. Ici, l’expérience de Pneumatis s’apparente un peu à l’ancien alcoolique qui va boire un verre avec des potes pour tester quelques bons alcools…

Cependant, de telles personnes comme Pneumatis existent et de leur imprudence, Dieu dans sa sagesse sait tirer un bien pour eux, pour leur réflexion, et pour nous, pour que nous arrivions à mieux connaitre nos ennemis.

 

2 Les deux camps

J’ai dit ennemis ? Oui, et je le pense. Pneumatis nous dit que l’ambiance est bon enfant et que 99 À 100% des concerts ne contiennent aucune parole démoniaque, et que les gens s’en foutent d’être sataniste ou pas, ils viennent pour la musique. Certes.
Mais je suis aussi convaincu que 95 à 100% d’entre eux sont hostiles à la religion, et ont le crane bourré de pré supposées contre la religion (du style « l’église a tué des tas de gens par l’inquisition ») . Or Jésus a dit : qui n’est pas avec moi est contre moi ». (Phrase J)

Il n’y a donc pas 3 types d’humains, avec des gens « neutres ». C’est valable pour les auditeurs des concerts, mais aussi et surtout pour les groupes qui jouent. Comme le dit Pneumatis, certains esprits, visibles ou invisibles, ne sont pas très puissants : il n’empêche, si c’est un mauvais esprit, c’est pécher que de s’y exposer volontairement. Ça s’appelle « jouer avec le feu ».
3 Aparté

Faisons ici un petit aparté : j’ai eu la chance, si on peut dire, de compter parmi mes meilleurs potes quand j’étais étudiant, des fans de métal. Également plus tard, plusieurs collègues avec lesquels je m’entendais bien. Cela m’a permis de discuter et comprendre leurs motivations, et je peux témoigner ici qu’elles cadrent bien avec ce que Pneumatis a décrit. Même si je n’aime pas caricaturer, si on devait donner un portrait du fan de métal, ce serait celui-ci : un esprit avant tout rebelle. Rebelle contre la société, cette société de consommation dans laquelle il ne se reconnait pas. Il n’aime pas cette musique commerciale qui inonde le monde, le « pop-rock-rnb » moderne. Il a la fibre musicale et sait reconnaitre la qualité des morceaux de métal. Il n’aime pas non plus trop les médias et tous les adversaires de « sa » musique, car il se sent vraiment incompris. Il se gausse particulièrement des gens qui critiquent sa musique et son univers sans le connaitre.

 

4 Preuve que certains groupes sont sataniques

Pour revenir au poste de Pneumatis, il ne faut donc pas dénaturer ce qu’il a écrit : Si on essayait de résumer ses mots un peu compliqués sur le monde invisible, il nous explique que les esprits existent.
Et qu’il y a plusieurs façons de communiquer avec eux, via des sortes de méditations, de rituels et d’autres techniques. Et que certains esprits sont bons et d’autres mauvais dans le sens où ils éloignent de Dieu.
Ensuite il décrit, en tant que connaisseur vu son passé, comment il s’est senti manipulé par le concert de Therion. Il a ressenti une sorte de rituel, dont il décrit les 4 phases, et cette « communion » du public avec l’artiste. C’est un fait, et quand bien même le groupe serait totalement neutre dans sa musique, cela resterait mauvais : en effet, relire la phrase J.
De plus, ce genre de groupe n’est pas du tout neutre : la mise en scène, les croix à l’envers, les mots utilisé, même si personne ne comprend vraiment les paroles, les titres de chansons, voire les noms des groupes eux-mêmes (comment peut on s’appeler les prêtres de Judas par exemple).. s’il n’y avait qu’un ou deux de ces faisceaux de preuve, on pourrait considérer que ces groupes effectivement se jouent de la religion sans arrière pensée. Lorsqu’il y en a autant, on ne peut pas douter que ce soit entièrement voulu. Surtout lorsque les membres du groupe font aussi partie d’un mouvement occultiste. [Voir lien de CitéEtCulture plus bas montrant que 25% des groupes au Hellfest ont des paroles violemment anti chrétiennes, les extraits sont choquants]

La magie occulte « gentille », tout ça, le fait que certains occultistes ne soient pas mauvais… tout ça c’est du pipeau, c’est l’illusion de la possibilité d’une 3e voie « laïque » vis à vis des esprits invisibles.. mais ça n’est pas vrai, et ceux qui essayent de bonne foi de suivre cette voie, se font manipuler par des esprits mauvais.

Vous allez me dire : oui mais il y a beaucoup de gens versés dans l’occultisme et dont le but est a-religieux et juste centré vers le bonheur de l’humanité. Donc, l’occultisme n’est pas démoniaque ?
Détrompez-vous. C’est la une des plus grandes erreurs, aussi communément répandue côté chrétien que métalleux d’ailleurs : celle de croire que le démon est égal au mal absolu, que tout ce qu’il fait est mauvais.
Les cathos en déduisent que tout ce qui ressemblent de près ou de loin à de l’occultisme est forcément le fait de satanistes plus ou moins convaincus.
Les métalleux eux en déduisent que puisqu’ils font la fête et cherchent même le bonheur de leur prochain dans certains cas, ces musiques et groupes ne sont pas sataniques.

 

Ils ont tous les deux faux. En fait comme monsieur Jourdain, beaucoup de gens sont sataniques sans le savoir, car le satanisme « soft » (je ne parle par de l’aspect religieux et idéologique qui pousse à des extrêmes comme les sacrifices humains), consiste précisément à vouloir le bonheur de l’homme pour lui même, son auto satisfaction en dehors de toute puissance spirituelle. C’est ce que Pneumatis disait lorsqu’il avoue que l’occultisme cherche « la divinisation de l’Homme par l’Homme ». Comment ne pas penser ici à la phrase de la Bible, le serpent disant à Ève : « vous serez comme des dieux » ? La boucle est bouclée. satan est un jaloux et un désobéissant qui veut être dieu à la place de Dieu. Il cherche à entrainer les hommes dans sa révolte. Promettre un monde sans dieu n’est qu’une étape de son plan avant de proposer un monde qui l’adorerait lui en tant que libérateur de l’humanité, « libérée » des règles morales et naturelles établies par Dieu.
Voilà pourquoi des groupes de musique aux noms plus que douteux, peuvent produire de la musique de bonne qualité. Ils peuvent avoir des concerts « kiffants », ils peuvent faire la fête de manière pacifique et même avoir un effet positif sur l’envie des gens de donner du bonheur aux autres. Du bonheur oui, mais du bonheur purement terrestre.

 

5 Les types d’acte
Or nous sommes sur terre pour nous sauver, et vis à vis de ce but nous avons trois types d’actions :
– des actions intrinsèquement bonnes : la prière, une bonne action, un sacrifice, un don de soi, une souffrance offertes.. toutes ces choses nous rapprochent de notre salut et augmentent notre vertu.
– Type 2 : des actions neutres en soi, mais faites pour Dieu, dans l’exécution de son plan, sans se rebeller : manger, dormir, aller travailler et faire son devoir quotidien, et toutes les choses de la vie quotidienne, même aller aux toilettes : tout cela, à des degrés divers bien sur, nous rapproche de Dieu de manière indirecte. Les amusements font partie de cette catégorie, car jouer à des jeux de société, lire, regarder à la TV un programme non mauvais, etc… sont nécessaires à notre repos et notre équilibre. (Parenthèse : c’est ce que certains puritains protestants et extrémistes catholiques jansénistes ne comprennent pas, ils veulent pour nous une vie austère car ils croient que l’homme ne doit jamais s’amuser)
– Enfin des actions mauvaises en soi, à savoir tous les péchés, la gourmandise (abus de bonne nourriture, là encore ca ne veut pas dire que manger un bon dessert de temps en temps en quantité raisonnable soit interdit !!), l’impureté, la colère etc…

La ruse du démon est donc de faire passer pour des actions de type 2 (neutres) des choses qui sont en fait des péchés. Et écouter de la musique métal de certains groupes (de manière répétitive et voulue, encore une fois je ne dis pas qu’écouter une fois un titre « pour voir à quoi ça ressemble » est forcément un péché) est un péché. Oui, et Thérion fait partie à n’en pas douter de ces groupes. On ne peut pas écouter des musiques dont les paroles, les actes, les mise en scène et les ambiances poussent au mal et à la désobéissance envers Dieu. C’est limpide.

 

6 Les styles de musique

Le problème de beaucoup de cathos est de se focaliser sur le métal, alors que tant d’autres musiques sont aussi mauvaises voire pires. Qui peut en effet se prétendre chrétien et avoir parmi ses musiciens favoris des gens comme les Beatles (qui ont dit que le christianisme mourrait avant le rock), Madonna (rien que le pseudo de cette femme, insulte à la Vierge Marie, en dit long sur sa mentalité), Lady Gaga ou Rihanna (3/4 nues sur scène dans des positions provocantes et chantant des paroles obscènes faisant l’apologie de toutes les perversions sexuelles) ?
A n’en pas douter, ces auteurs là sont pires que beaucoup de groupes de métal. Seulement, ça se voit moins, car là où le métal joue surtout sur les symboles et l’ambiance « infernale » (ce n’est pas un hasard non plus si Dieu a dit qu’il était lumière et que le métal a choisi le noir comme couleur), la musique « pop-rock » joue sur d’autres cordes (surtout une hyper sensualité, et une musique très basique et répétitive).
Il n’y a pas besoin d’être expert en musicologie pour savoir que la musique influence grandement les mœurs des gens. La consommation de musique moderne est comme une dose de drogue. Dans le cas de 90% des gens, il s’agit de consommer comme tout le monde, une musique de masse, où l’on se sent communier avec le monde entier, en étant fan de star. On écoute des musiques hyper répétitives dont les basses prépondérantes (et la mélodie quasi nulle) agit comme un message hypnotisant. Les quelques mots répétés font passer, à la manière de la publicité sur TV, des messages simples. Souvent inoffensifs et utilisés simplement pour contrôler la masse des gens en démocratie et éviter qu’ils ne se révoltent (les paroles sont alors « il faut faire le fête », « je t’aie vue et j’ai eu envie de toi », etc), les mots sont parfois bien plus directifs (comme lorsque Rihanna enfonce dans le crane de l’humanité que le sado-maso, c’est génial).
Pour une minorité de gens, disons 10%, cette technique de masse ne marche pas. Alors on leur a fourni une musique pour canaliser leur rébellion, et cette musique c’est le métal. Ils expriment de manière pacifique leur rejet de la société et leur admiration pour les enfers:  puisque le reste de l’humanité se clame officiellement « pour le bien » et est finalement si corrompu, le métalleux se dit que l’enfer ca ne peut pas être pire. Ça me rappelle une discussion avec mon pote d’école d’ingé, je lui demandais pourquoi les musiques death métal qu’il aime tant étaient rempli d’une telle saturation de bruit criards, et il m’avait répondu que c’était normal, vu que le but de cette musique était de reproduire l’ambiance de l’enfer !!!
C’est très déroutant de voir comment les métalleux aiment ces symboles anti chrétiens, et en même temps déclarent souvent ne pas croire aux esprits et à tout cela. Comme quoi le démon réussit bien sa technique !

Ce qui est sur, c’est que les cathos feraient mieux de faire preuve de beaucoup plus de discernement au lieu de faire des grandes catégories et de mettre tous les musiciens dans le même sac. La réalité est qu’il reste, que ce soit dans le métal ou ailleurs, des musiques qui sont dans le « type 2 ». Il ne faut pas s’arrêter aux apparences. D’un autre côté, ce n’est pas parce que certains métalleux qui adorent le death metal jurent ne pas croire au diable, qu’ils ne sont pas en train de l’adorer sans le savoir !

En effet, plus loin Pneumatis dit que certains esprits sont plus ou moins insignifiants : c’est faux, les esprits sont forcément dans un camp ou l’autre. On ne peut donc pas invoquer des esprits lors d’un concert et ressentir leur action, sans que ce soit des démons, à moins que la chanson ne soit explicitement chrétienne par exemple (oui je ne vais pas soutenir que le Gospel est satanique, évidemment..)

Pourquoi ? simplement parce que selon sa composition, une musique s’adresse plus spécifiquement à une partie ou une autre de l’humain. Le classique par exemple, très construit, très mathématique, s’adresse de manière invisible à la raison. De l’autre côté, le pop-rock langoureux avec ses rythmes de basses communs avec les anciennes tribus africaines, s’adresse clairement aux sens. Lorsqu’il a un effet d’excitation de groupe lors d’un concert, une sorte de transe collective, on peut affirmer à 90% de probabilité que des esprits mauvais entretiennent cet état. Il est en effet beaucoup plus facile d’insuffler des idées de péchés dans un humain affaibli par ses expériences sensorielles, que dans quelqu’un de totalement lucide. Ne venez pas me dire que les jeune filles qui jettent leur T-shirt lors des concerts de rock sont animées par le Saint-Esprit….
En aparté, la musique techno joue un rôle encore à part ici : ni métal, ni classique, ni pop-rock, elle a cependant le gros défaut de parler aussi principalement aux sens. D’un autre côté, certaines musiques Lounge ou Trance sont très mélodiques, avec des sons purs, et peuvent élever l’âme. Il est difficile de cataloguer tout un courant de musique d’un côté ou d’un autre, et la techno n’échappe pas à cette règle.

 

7 Conclusion

Donc pour résumer, si il y a eu une sorte de communion pendant un concert de Métal, il s’agit forcément de l’invocation d’esprits mauvais. Cela prouve que les cathos ont raison de dénoncer le « Hellfest » comme poussant au mal.
D’ailleurs, un festival qui s’appelle la « Fête de l’enfer ».. c’est assez incroyable et révélateur de l’état de notre société actuelle. Aurait on idée de faire une une « fête de la pédophilie », une « fête du suicide », une « fête de la violence, du mal, de la vengeance.. »…. voilà qui est étrange. Si comme le prétendent certains festivaliers naïfs, cela n’a rien contre la religion catholique, pourquoi constate t-on que les références sont spécifiquement contre les chrétiens, et pas contre les autres religions ? Pourquoi n’acceptent ils pas d’utiliser d’autres rites, d’autres mots, d’autres signes, qui ne sont pas anti chrétiens, si l’anti chrétienté n’est qu’un accessoire, une mise en scène ? Tout cela prouve bien que cela n’est pas anodin.

D’un autre côté, vouloir utiliser le témoignage de Pneumatis pour interdire le Hellfest est stupide. Pour montrer que ce n’est pas acceptable pour un chrétien : oui. Mais la meilleure raison d’interdiction, c’est ce qui est cité plus haut dans le paragraphe 4. Car si on devrait interdire tous les concerts qui mettent le public dans un état de transe, et dont certains membres ont senti une vibration négative, on n’en finirait pas de tout interdire !!!
Voilà, il me semble que nous catholiques gagnerions en crédibilité à écrire ce genre d’étude argumentée et détaillée, plutôt que de lancer des anathèmes globaux. Nous rejetons les groupes sataniques, qu’ils l’assument ou non. Nous n’avons rien contre les métalleux ni contre la majorité des groupes, tant qu’ils ne font pas l’apologie de la haine. Ce que nous devons retenir aussi, cest que ce n’est pas en interdisant ces festivals que nous allons faire du bien aux gens. La privation de liberté personnelle n’a jamais aidé les gens à se convertir. Et personne n’est forcé d’y aller.
Par contre, en conclusion de ce long article, voici des actions qui me semblent nécessaires et justes, car ce qui s’applique sur le plan privé, ne s’applique pas forcément pour une réunion :

  • interdire toute représentation de groupes hostiles aux chrétiens (comme à toute autre religion) de manière haineuse ou insultante.
  • supprimer toute subvention publique à une manifestation culturelle qui ne présente pas d’amélioration du bien commun. En clair, ca veut dire que l’état n’a pas à se mêler de la culture, tant que celle ci ne fait pas œuvre de bien public. Si on peut débattre sur le classement en « type 2 » ou « type 3 » des différents groupes, il est clair qu’aucun ne fait du bien direct à l’âme. L’état doit réserver ses subventions aux choses de « type1 » : aide aux sans abris, aux sans emplois, aux réunions pacifiques de dialogue entre communautés, à l’art objectivement beau qui élève l’âme vers Dieu (cathédrales, statues et peintures « classiques », bâtiments historiques, moulins anciens, bref du patrimoine)
  • supprimer toute possibilité de publicité publique (mairies, chaines publiques, panneaux de pub détenus par les collectivités locales, etc) pour une manifestation culturelle dont les valeurs ne sont pas en adéquation avec la religion historique du pays.

Le hellfest rentre bien dans les 3 restrictions ci-dessus.

Lien très intéressant à visiter sur le sujet :

http://www.citeetculture.com/article-hellfest-les-incontournables-pour-bien-saisir-le-sens-de-mon-engagement-72778481.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *