Le nouveau pape et la tradition

février 15, 2013 by Tradition No Comments

Qu’est ce que ce nouveau pape va changer pour la tradition en général ,et pour les relations entre la FSSPX et le Vatican en particulier ?

Je n’ai pas encore vu d’article pertinent sur le sujet sur la toile.

Tout d’abord, un petit tour d’horizon des forces en présence me semble intéressant.

D’un côté la Fraternité Saint Pie X (FSSPX) existe depuis maintenant plus de 40 ans. Sa croissance en nombre de prêtres continue, et son nombre de fidèles continue à augmenter, mais uniquement hors d’Europe. Elle est à un tournant, à l’age adulte : les prêtres les plus âgés vont commencer à mourir, la dynamique risque de s’essouffler, et de fait j’avais prévu il y a quelques années déjà que la FSSPX risque de plafonner vers 800 prêtres.

La fraternité n’est pas sédévacantiste. Car de fait, l’Église ne peut pas être éclipsée pendant 50 ou 60 ans comme le pensent les sédévac.

Elle n’est pas non plus schismatique : nous ne pensons pas détenir la vérité, et ne formons pas d’Église parallèle. Nous sommes simplement dépositaire de la tradition, en attendant que le Vatican se la réapproprie.

Ce que nous pensons, c’est que nous sommes un rameau vivant de l’Église. Que c’est en grande partie l’Église de Vatican2 qui est schismatique. Mais qu’elle possède bien entendu encore des rameaux vivants ça et là, quelques membres valides. Si elle était entièrement schismatique comme le pensent les sédévac, alors nous serions tentés par le schisme. Nous pourrions croire que l’Église, c’est la FSSPX. Attention à ne pas tomber dans cette tentation « Williamsonienne ».

Certes, c’est par un retour du Vatican à nos idées, que la crise se résoudra. Mais, à un moment ou à un autre, dans les faits, la FSSPX devra se dissoudre dans le peu qu’il restera d’Église qui suivra le pape dans sa conversion. Et non l’inverse !

La FSSPX est assurément sainte, on le voit par les fruits. Elle est catholique. Nul ne peut nier l’incroyable réussite de cette fraternité, présente dans bien des pays du monde. Ce serait une entreprise, on louerait sa formidable réussite dans tous les magazines d’économie. Mais c’est plus dur que ça, c’est une organisation religieuse en un temps anti-religieux, et à ce titre la « réussite » mondiale ne laisse planer aucun doute sur sa catholicité! A nos yeux, c’est la preuve majeure qu’il s’agit bien d’un rameau de l’Église. Elle est aussi apostolique; nul ne peut le nier.

Nous sommes probablement plus saints, plus catholiques, plus apostoliques que le Vatican.

Mais nous ne sommes pas « une ». Ceux qui sont unis, qui sont dans la lignée des premiers apôtres, sont au Vatican. Cela nous n’y pouvons rien, c’est l’Histoire qui l’a décidé.

Vatican 2

D’un autre côté, l’Église « officielle » de Vatican 2. On peut dire sans se tromper que 90% de ses membres sont schismatiques en puissance ou hérétiques, et la quitteront dès que le pape se convertira. On estimait il y a 50 ans à un tiers le nombre d’évêques francs-maçons en France. J’ignore l’exactitude du chiffre, mais même si c’est extensif avec les amis, on peut y ajouter tous les communistes, et on comprend que l’état des évêques et même des Cardinaux, est à un niveau de délabrement bien avancé.

D’ailleurs, si on savait ce qui se passe dans le secret du conclave, on serait probablement effrayé. Les différentes rumeurs d’élection de Giuseppe Siri à plusieurs conclaves, où on lui aurait gentiment conseillé de renoncer au trône, en disent long sur l’ambiance de coup d’état et de magouilles qui doit y régner. D’autant que par exemple dès 1954, un mystique FM annonçait au futur Jean 23 qu’il serait élu pape. Lorsqu’on demanda comment ces choses étaient sues, les FM répondirent « c’est parce que nos cardinaux l’ont décidé ». On peut donc penser que déjà il y a 55 ans, les cardinaux FM étaient assez nombreux et assez puissants pour imposer leur vue à l’Église. Et cela alors qu’il étaient en partie les mêmes qu’en 1939 à élire Pie XII, ce qui reste incompréhensible. Y’a t-il un « recrutement » des cardinaux APRÈS leur élection comme cardinal ? Y’a t-il une minorité qui impose ses vues à la majorité par de subtiles manœuvres ? Toujours est -il que de ce conclave noyauté par les FM, il ne faut pas espérer voir sortir un pape traditionnel. Celui qui est décrit comme notre plus proche soutien, le cardinal Ranjith, reste un célébrant de la nouvelle messe, comme tous les cardinaux.

On ne peut donc compter que sur la Providence Divine pour qu’elle convertisse le pape nouvellement élu et lui donne la lumière de comprendre la crise de l’Église. Bien entendu, cela devrait être plus facile de convertir le cardinal Ranjith que Maradiaga le communiste, mais rien n’est impossible à Dieu. Aussi, la personne du futur pape importe finalement assez peu. humainement, tout est perdu. On en revient à ce qui est écrit plus haut, la sortie de crise probable est la suivante :

– le pape se convertit et annonce un retour en arrière sur certaines innovations de Vatican2, notamment la messe, le catéchisme. la collégialité…

– la FSSPX est rapidement réintégrée au sein de l’Église

– Parallèlement, 90% des diocèses mondiaux font sécession et rejoignent une Église mondialiste et schismatique. On rentre alors dans toutes les prophéties sur la passion de l’Église, passion qu’elle doit subir au même titre que le Christ, avant une résurrection. On notera que le Christ est mort 3 jours, et que les prophéties semblent annoncer 3 ans de crise pour l’Église. 

Concrètement

Bref, après ce tour d’horizon, que faut-il espérer concrètement ?

La réponse est : rien. Des hommes, rien. Sauf coup de la Providence (on ne peut jamais exclure qu’ils votent pour un non cardinal par exemple), sortira de ce conclave un pape d’un des trois bords :

– un « progressiste » qui autoriserait le mariage des prêtres, la contraception, etc… Je ne pense pas que Dieu permettrait cette épreuve terrible. Si même les Francs macons ont tenu bon sur ces points depuis 50 ans, Dieu doit bien y être pour quelque chose. D’autant que dans ce cas là, il y aurait peut être bien révolte des derniers catholiques « officiels » qui ont la foi.

– un « conservateur » plus ou moins proche de Benoit 16 (Scola, Ouellet..) : il y aura introduction de quelques réformes de la curie, et des tractations plus ou moins directes avec le FSSPX de nouveau. Mais tant que le pape ne sera pas prêt à renoncer aux erreurs de Vatican2, ces tractations ne donneront rien

– un « pro tradi » (Ranjith ?) assez fort pour imposer la réintégration de la FSSPX au Vatican. Ou un pape qui se convertit. Dans les deux cas, cela provoque l’éclatement du Vatican. Et la sortie de crise, après d’atroces tourments. Il est aussi possible que plusieurs papes aient lu les prophéties de Fatima et d’ailleurs, qui annoncent la crise et que celui qui la résoudra, devra quitter Rome au milieu des cadavres.. Du coup, ca n’a pas du motiver grand monde à agir..

On ne peut pas exclure le fait que Albert Malcolm Ranjith soit élu. Une « prophétie » de Jean 23 dit d’ailleurs « sur la haute pierre sera le nom d’Albert ». Mais il est complètement acquis à l’HDLC chère à Benoit 16. A lui, comme aux autres, il faudra une profonde conversion pour ramener le navire de l’Église dans des eaux sures.

Prions.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *