Règles de prudence sur le travail et l’assistance à la messe du dimanche

août 21, 2019 by Tradition No Comments

Ces règles de prudence sont tirées des enseignements de l’Église Catholique (pré Vatican2). Pour plus de lisibilité, nous les avons écrits sous forme de questions réponses.

A partir de quel âge les enfants sont-ils tenus d’assister à la messe ? (sous entendu sous peine de péché mortel)

Pour les enfants, c’est à partir de l’age de 7 ans (ou de l’age de raison s’ils l’ont plus tôt), qu’ils doivent assister en obligation à la messe chaque dimanche et chaque jour d’obligation. Dans les faits, il est bon de les y habituer le plus tôt possible, tout en gardant à l’esprit que cela ne doit pas non plus embêter tout le monde (un enfant d’un an, ne va pas retirer grande chose directement de l’assistance à la messe, même si Dieu bénit sûrement cette action et ne peut que lui « réserver » des grâces pour le futur). Si un enfant fait sa première communion ou première confession avant 7 ans, il est logique qu’il soit tenu d’assister à la messe à partir de ce moment.

Il est interdit de travailler le dimanche. Nous ne sommes pas des musulmans, donc il est bien possible de « travailler un peu  » ?

En fait, bien entendu que nous ne suivons pas « bêtement » une règle. Il est permis de faire le dimanche, ce qui ne peut pas être remis au lendemain, ou est urgent. Par exemple :

  • Sauver une activité qui sans cela périrait : l’agriculteur peut moissonner si un orage va se présenter avant dimanche soir, le cultivateur peut ramasser ses fruits afin qu’ils ne pourrissent pas, le juriste peut joindre une pièce à un dossier si le délai se termine ce jour là (si tant est que ce cas existe, mais c’est un exemple), l’informaticien peut être en astreinte pour réparer un serveur, ..
  • Il est également admis (c’est évident mais mieux vaut le dire) que les « menus travaux du quotidien » ne rentrent pas dans l’interdiction du travail : vaisselle, petite électricité à réparer, jogging de la journée. Tant que cela ne demande pas un travail de force (faire du béton par exemple..)
  • Pour le repassage, je n’ai pas trouvé de règle explicite, donc cela dépend de la taille de votre famille. Mon conseil : il y a sûrement des cas où vous devez faire du repassage le dimanche sinon vous ne vous en sortirez pas. Faites-le le soir, en écoutant un bon livre audio ou en regardant une saine vidéo, pour ne pas prendre du temps de famille.

Puis-je faire mes courses le Dimanche ?

La réponse est claire et logique : non. Cela inclut les marchés, les foires, et d’après la référence, même les activités « entre particuliers » comme les vide-greniers. Par contre, dans le même esprit que plus haut, une course vitale serait autorisée (par exemple médicament, lait infantile dont on est tombé de manière imprévue en manque, etc).

Exception pour la boulangerie : l’achat de pain est traditionnellement autorisé mais celui des gourmandises ne l’était pas. Sur ce point, j’aurais tendance à dire qu’à moins d’avoir des invités (mal recevoir serait une faute plus grande), l’exemption qui était prévue pour le pain ne tient plus au 21e siècle : il y a 200 ans, le pain était un aliment vital, ce n’est plus le cas dans nos sociétés. De plus, il existe des tas de solutions alternatives : pain de mie, pains surgelés, … permettant de ne pas aller à la boulangerie le dimanche.

Cela va sans dire, les achats divers du type Ikea et Castorama sont interdits.

Puis-je aller au restaurant le dimanche ?

Je n’ai pas trouvé de texte clair sur ce sujet. Le bon sens est de dire : seulement si on est obligé. Par exemple un voyage qui ne peut se faire que le dimanche (nécessité de date d’arrivée, contrainte de prix ou de disponibilité de places) et pour lequel il n’est pas possible de prévoir un en-cas (exemple : voyage en avion).

Idem pour une pizza, une livraison de nourriture, … : pas de raison d’y faire appel, sauf exception (par exemple je dois être le lundi matin à 7h pour mon travail loin de chez moi, je peux me chercher une pizza à mon hôtel le dimanche soir).

Bien sûr certains esprits filous vont dire : « de toute façon, que j’y aille ou pas, ces commerce sont ouverts, donc je ne vois pas en quoi je suis responsable que ces gens travaillent le dimanche ? ». C’est un discours vicieux : tout le monde est responsable, à raison d’une part de 1/P pour chacune des P Personnes qui ont acheté ce jour là. Si plus personne n’y allait, ces commerces fermeraient le dimanche.

A partir de combien de temps de travail le dimanche, cela devient un péché mortel ?

Il est une très mauvaise idée de vouloir jouer avec les limites du péché mortel. Néanmoins, la limite communément admise est un cumul de 2h00.

Comment le « temps que j’ai fait travailler les autres inutilement » doit se compter là dedans, ce n’est pas clair. De bon sens, je dirais aussi que c’est la même règle, et qu’il faut ajouter les temps : c’est à dire que si je passe 1h00 à Ikea plus 15mn à la Boulangerie, plus 45mn à repeindre une porte, c’est un péché mortel. Mais je le répète : ne rentrez pas dans ces calculs ! Tentez d’éviter tous les péchés contre le 3e commandement, ne commencez pas à vous autoriser des péchés véniels.

J’ai un poste qui m’oblige à travailler le dimanche. Puis-je l’accepter ?

Tout dépend du travail. Si vous êtes dans un secteur d’utilité publique (type pompier, police, infirmière, sécurité, hôtel, …), aucun problème. Bien entendu, dans la mesure où vos collègues n’apporteraient pas d’importance au dimanche, arrangez vous pour qu’ils tournent plus que vous ce jour là.

Si le travail du dimanche est contingent à une urgence (astreinte régulière, système vital type électricité ou gaz devant être monitoré, ..), pourquoi pas, mais mieux vaut en parler à votre confesseur.

Si il n’y a aucune raison valable, refusez l’emploi : magasin vous demandant de travailler le dimanche, emploi dans un pays non-chrétien qui demande de travailler le dimanche, …

Dans chacun de ces cas, vous devez vous arranger pour pouvoir le plus possible assister à votre messes dominicale

Puis-je voyager dans un pays qui va me faire rater la messe tridentine ?

Étant donné (voire plus bas) que la messe moderne est avariée, se mettre volontairement en situation où la messe moderne est la seule messe disponible est un péché. Donc, oubliez la semaine de vacances en République Dominicaine, en Tunisie, ou n’importe quel endroit qui vous empêche d’assister à la bonne messe. Bien entendu, il pourrait y avoir des exceptions (séminaire d’entreprise duquel on ne peut se soustraire sans perdre son emploi, armée, etc..).. ce sont des cas un peu farfelus qu’il convient de discuter avant, avec son confesseur.

Ceci étant, assister à la nouvelle messe de manière extraordinaire n’est pas un péché mortel. Peut-on aller de manière exceptionnelle à une messe moderne lorsqu’on est en vacances ? La citation de Mgr Lefebvre parle d’un péché véniel pour l’assistance à la nouvelle messe. Est ce qu’on remplit son précepte dominical ? A priori oui, puisque la nouvelle messe est valide. Mais il faut avouer que c’est tiré par les cheveux. Le bon sens me ferait dire que c’est à valider avec le confesseur : en effet à partir du moment où Mgr Lefebvre dit que l’assistance à la messe moderne régulièrement ne saurait être contraignante (et qu’en gros, le Vietnamien sans messe tridentine doit éviter la messe moderne et lire son missel chez lui), pourquoi en serait-il fondamentalement différent pour le touriste ? Mais puisqu’il s’est lui-même mis dans ces conditions, ne fait-il pas un péché mortel ? De plus, le contexte peut jouer (visiter sa famille ? contexte familial…)

Quels sont les cas ou l’assistance à la messe peut être remplacée par une prière ?

  • Ces cas sont exceptionnels (pas pour un voyage !) :
  • être trop âgé / malade pour se déplacer
  • Vivre trop loin de la bonne messe (plus d’une heure de route : très rare en France, et dans ce cas il faut songer le plus vite possible à déménager)
  • Garder un malade
  • Et bien entendu, avoir un emploi qui l’empêche, après avoir fait tout son possible (ex : infirmière ayant une garde le dimanche matin et n’ayant pu permuter avec une collège pour être de l’après-midi, et il n’y a pas de messe du soir dans le département). Dans ce genre de cas, afin d’avoir la conscience claire, il me parait sain également de s’en ouvrir auprès de son confesseur. Le diable peut nous tourmenter par excès (« tu as fait un péché mortel, tu n’as pas tout essayé pour changer d’horaire ») ou par défaut (« puisque de toute façon tu as un emploi utile, pas besoin d’éviter les gardes du dimanche, ça n’arrive qu’une fois sur 3, ça ne met pas ta vie spirituelle en danger »)

Dans ces cas là, la messe DOIT être remplacée par une sanctification du dimanche. La solution généralement admise est de lire l’intégralité de la messe du jour, ce qui devrait prendre environ 30mn.

Référence parmi d’autres : https://laportelatine.org/district/prieure/perigord/paroisse/clochers/VDC23.pdf – page 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.