le-ps-ose-critiquer-le-gouvernement

décembre 15, 2005 by Politique No Comments
Le PS par la voix de F.Hollande ose critiquer le gouvernement pour ses dépenses et sa gestion de la dette. Il semble oublier que les gouvernement socialiste, entre 1997 et 2002, malgré une croissance énorme, a continué d’accroitre les dépenses de l’état et d’augmenter la dette.
 
Pour rétablir la vérité, voir les chiffres officiels de l’INSEE:
Tableau 1.606a – Dette au sens de Maastricht
 
Milliards d’euros et %
Intitulés 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
En milliards d’euros
Etat 600,5 626,2 646,3 675,5 735,0 798,8 839,9
Organismes divers d’administration centrale 56,4 51,3 51,0 46,0 43,9 55,3 90,2
Administrations locales 106,8 105,9 106,7 106,2 105,8 109,8 112,4
Administrations de sécurité sociale 14,2 12,6 13,0 13,0 16,8 31,7 24,5
Total administrations publiques 777,9 796,0 817,0 840,8 901,4 995,6 1 067,0
En % du PIB
Etat 45,3 45,8 44,8 45,1 47,5 50,4 51,0
Organismes divers d’administration centrale 4,3 3,8 3,5 3,1 2,8 3,5 5,5
Administrations locales 8,1 7,7 7,4 7,1 6,8 6,9 6,8
Administrations de sécurité sociale 1,1 0,9 0,9 0,9 1,1 2,0 1,5
Total administrations publiques 58,7 58,3 56,7 56,2 58,2 62,8 64,7
Source : Comptes nationaux – Base 2000, Insee
Mise à jour le 10 août 2005
 
On voit sur ce tableau (http://www.insee.fr/fr/indicateur/cnat_annu/base_2000/principaux_resultats/htm/t_1606a.htm) que la dette de l’état a cru en moyenne de 20 milliard par an entre 1998 et 2001, et même de 60 milliards en 2002, année dont le budget a été voté et aussi en partie éxécuté par le PS.
Alors entendre le PS dire « La politique qui a été menée depuis 2002 a consisté à augmenter le déficit public, à laisser filer la dépense, y compris en matière de sécurité sociale et enfin à relever le niveau de l’endettement de notre pays. Paradoxalement, ça a été une période où on a baissé les impots des plus privilégiés » (AP, 15 décembre 2005, http://fr.news.yahoo.com/15122005/5/francois-hollande-critique-les-baisses-d-impots-financees-par-l.html), c’est vraiment n’importe quoi.
« Laisser filer la dépense » qu’il dit… mais il oublie que pour ne pas tenir compte de la croissance, qui augmente les recettes et donc réduit le déficit, il faut voir le taux d’augmentation des dépenses, hors inflation. En négligeant l’inflation qui est restée stable autour de 2% chaque année, on constate ici http://www.insee.fr/fr/indicateur/cnat_annu/base_2000/principaux_resultats/htm/t_1607.htm que les dépenses ont cru de 3.98% par an entre 1998 et 2002 (16.9% en 4ans) et de 7.94% entre 2002 et 2004, soit 3.90% par an, ce qui est inférieur… (et l’augmentation 2005 sera aux environs de 3% encore une fois).
 
voir aussi les données de la dette au format Français: http://www.aft.gouv.fr/IMG/pdf/050426_Dette_encours_2004.pdf
de déc 98 à déc 2002, officiellement 6.7% (en réalité environ 12% pour les biens de consommation courante, « effet euro ».. mais cela ne peut être pris en compte car nous utilisons des chiffres officiels).
de déc 2002 à déc 2004: +4.6 points soit +4.31%
 
Conclusion:
PS, en 4 ans (fin 1998-2002), hausse des dépenses hors inflation: 10.2% (2.46%/an)
UMP, en 2 ans (fin 2002-2004), hausse des dépenses hors inflation: 3.63% (1.80%/an)
Vous en déduisez vous-mêmes, qui ment, du PS ou de l’UMP..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *