des-nouvelles-de-frits-bolkenstein

novembre 28, 2005 by Revue de web No Comments

Souvenez vous.. c’était il y a un peu plus de 6 mois. La constitution européenne, aujourd’hui mise en sourdine, passionnait alors la France. Monsieur Bolkenstein avait créé l’émoi en France avec son projet de directive éponyme, déréglementant le marché du travail en Europe,
Devant le risque de rejet de cette constitution à cause de ce texte, Chirac et ses accolytes s’étaient alors empressés d’aller pleurer à Bruxelles pour que le projet soit discrètement annulé et gelé.
Heureusement, cette magouille ne fut pas suffisante pour nous berner.
Maintenant, en catimini, l’information faisant les fin de pages de nos médias, j’apprend deux choses ce mois-ci à propor de Monsieur Bolkenstein.

D’une part, ce monsieur est désormais administrateur d’AirFrance-KLM. Ou, encore une preuve que le monde fermé des européistes est lié à celui des capitalistes. Lorsque on échoue dans un monde,  un poste vous est offert dans l’autre en compensation, même si vous n’y connaissez rien. Le trajet est possible dans l’autre sens, après par exemple une carrière dans une grande entreprise capitaliste, on se lance en politique, aidé par ses "amis".

Et le même mois de novembre 2005, son projet a été rediscuté. Bien sur, nos poules mouillées nationales se sont réjouies que l’on se dirige vers un texte adouci, qui sera adopté dans doute début 2006 par le parlement. Mais enfin, même en rajoutant quelques secteurs protégés et quelques exception (et pour combien de temps), on sait bien que cela est temporaire…

Ce n’est pas le plombier polonais, mais l’informaticien qui va débarquer. Pire, nos sociétés de "conseil" (travail temporaire déguisé en fait, comme les groupes Alten, Altran, CapGemini …) n’ont plus qu’à créer des filiales en europe de l’est et pourront récupérer une partie du droit du travail local

En conclusion, le grand cartel politico-médiatico-capitaliste continue à comploter discrètement. Méfiez-vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *