A propos de la théorie du genre

février 12, 2014 by Politique No Comments

Voici quelques réflexions à propos de cela.

En réponse à un site de réflexion (intéressant mais malheureusement athée sur les sujets de société), voici la réponse postée sur leur site et reprise ici : (ps: nous nous basons ici UNIQUEMENT sur le plan naturel et sans aucune référence à la morale et au plan religieux, ce qui est explique que seuls une partie des arguments soient mis en avant)

Théorie du Genre

Contrairement à ce que dit baloo, nous ne sommes pas réactionnaires. Nous sommes comme vous en recherche d’un monde meilleur, la preuve étant que je suis abonné à la même newsletter qui contient par ailleurs beaucoup d’éléments intéressants.

Nous souhaitons effectivement des lois pour protéger les enfants de la folie des adultes, et nous en sommes fiers. Contrairement à ce que pense Baloo, c’est l’état qui veut imposer sa vision du monde avec la théorie du genre, nous ne faisons que défendre la nature. Les méchants totalitaires ne sont donc pas ceux que vous pensez

En effet, le débat ici, si vous permettez d’élever le niveau au plan philosophique, se trouve entre ceux qui acceptent la nature humaine telle qu’elle est (l’union homosexuelle n’est pas naturellement féconde, c’est un FAIT) et ceux qui nient cette nature humaine ou veulent la transformer (à ce sujet, je vous conseille une très bon livre pour comprendre la philosophie franc-maçonne qui soutient ce combat de transformation de l’humanité : « Le nouvel homme nouveau » par Antoine Robitaille).

J’ai la foi et ne refuse pas du tout la critique, preuve en est cette discussion ici. Mais il y a un monde entre faire une étude sur les genres dans un labo de recherche, parce qu’on est athée et qu’on veut « prouver » sa théorie. Et la mettre en pratique et en application sur des enfants, qui à ma connaissance ne sont pas des rats de laboratoire. A la limite, que les parents qui souhaitent éduquer leurs enfants avec cette théorie le fassent, mais qu’on ne l’impose pas aux nôtres !!!

 

Quant à la première réflexion, elle est un peu légère. Le comportement n’est ni entièrement inné, ni entièrement acquis. Il en va ainsi du comportement sexuel et du sentiment d’être un homme ou une femme, comme de tous les autres sentiments. De nombreuses études sur les jumeaux chiffrent l’influence (sur le QI) de la génétique à 50% et de l’éducation à 50%. (petite parenthèse, certains homos ont soutenu que l’homosexualité avait des gênes ce qui prouvait qu’elle était naturelle. Premièrement, qu’il y ait un gêne ne signifie pas que c’est bon, la trisomie aussi est génétique et plein de maladies, donc rentrer sur ce terrain là est plutôt glissant. J’appellerai plutôt cela un « bug » de programmation de l’humain qui est normalement programmé pour être hétéro. L’existence d’un bug sur un site web, qui permet d’acheter un ordi à 10 euros, ne veut pas dire que ce bug est bon. Il en va de même pour l’homosexualité; Deuxièmement, statistiquement, si être homo était majoritairement génétique, comme peu d’homos se marient avec une personne du sexe opposé de nos jours, le taux de reproduction est faible (la preuve est que le nombre d’homo est d’environ 3% alors que les enfants élevés par un couple homo c’est plutôt 1%), du coup statistiquement la population porteuse de cette génétique aurait tendance à disparaitre.. or ce n’est pas le cas, donc la part génétique est largement inférieur à 50%, CQFD)

 

Pour revenir à votre parenthèse sur l’homosexualité, il ne faut pas raisonner sur des convictions à priori (esprit critique, dogme etc) mais sur des faits. Or tout en dénonçant les dogmes chrétiens, vous en énoncez un, qui est qu’il ne faut pas empêcher un enfant de vivre ce qu’il est (c’est à dire son penchant homo, je traduis). Pourtant, oui, les faits sont là et ils sont têtus (ahaha jeu de mot) : il existe une méta étude qui montre que les enfants de couples homos ont eu un parcours scolaire et social beaucoup plus difficile, plus de tentatives de suicide, de moins bon résultats scolaires… tout cela scientifiquement c’est à dire en ayant retraité toutes les autres données (social, etc.) pour rendre les populations comparables. Cette étude s’appelle l’étude REGNERUS. C’est un FAIT, allez la lire.

 

Enfin pour revenir au genre, votre présentation est sophiste. les choses ne sont pas 100% innées ou 100% acquises. Tout est évidemment mélangé, et nous ne souhaitons pas que la partie « culturelle » associée au sexe de chacun aille dans le sens inverse de son inné.

que dans une classe universitaire ou au lycée, on enseigne aux ados un fait scientifique qui distingue ce qui est acquis de ce qui est inné dans le sexe, pourquoi pas. Mais que l’on utilise une théorie non prouvée pour, dès la maternelle, reconstruire des enfants en leur disant qu’ils peuvent choisir librement leur sexe, NON ! Car le sexe est une réalité biologique qui (en dehors des 0.1% des enfants ayant un problème hormonal) est très claire.

Refuser cela, c’est refuser la nature, c’est considéré que le « programme » (qu’il vienne de Dieu, de l’être suprême, de l’évolution ou ce que vous voulez) est mauvais et que nous pauvres humains allons faire mieux.

C’est bien cette ambiguïté qui nous pose problème, c’est à dire que sous couvert de lutter contre des stéréotypes qui sont effectivement hors d’age (la femme doit rester cloitrée à la maison, l’homme est un roi qui fait ce qu’il veut etc), on enseigne en fait à des enfants à renier leur sexe biologique. Qu’on n’ACCENTUE pas les différences, pourquoi pas (encore que ca reste à prouver que de laisser les petits garcons taper les filles sans leur apprendre qu’ils sont plus forts Parce qu’ils sont des hommes, et qu’ils doivent donc être doux avec les filles, soit bénéfique pour eux). Mais qu’on essaye de GOMMER ces différences, NON, NON et NON, et malheureusement, le rétro pédalage du gouvernement montre que c’est ce que l’éducation nationale voulait faire

je passe sur les poncifs moyenâgeux de la femme chrétienne soumise, on pourrait faire tout un livre la dessus.

Juste en guise de conclusion et d’ouverture à la réflexion, pourquoi pensez vous que les milliardaires mondialistes (Rothschild Rockefeller et consorts, qui sont nos ennemis communs) soutiennent le féminisme depuis un siècle (notamment les FEMEN soutenues par Soros) ? Est ce parce qu’ils se soucient de la condition de la femme ? Que nenni.

Dans la société de consommation qu’ils veulent, il faut un être interchangeable pour aller au plus vite là où il y a besoin de production. Pour cela, il faut gommer les différences de culture (métissage culturel), gommer les sexes (théorie du genre, féminisme), gommer les distances (innovations techniques: avion, internet…), gommer les différences entre états riches et pauvres (crise de la dette chez les riches pour les appauvrir).

Il est beaucoup plus facile d’interchanger des individus déstructurés, dégenrés, sans famille, sans attache nationaliste… Bonne réflexion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *