Non à l’ouverture des magasins le dimanche

décembre 15, 2013 by Religion, Revue de web No Comments

Un texte écrit en 2007 suite à un article paru sur le site (par ailleurs souvent de qualité) de l’IFRAP
Bonjour,

Pour une fois, je ne suis pas d’accord averc votre article. (http://www.ifrap.org/ifrap-2007/ifrap-2007/dimanche.htm)
Il y a de toute façon une somme globale de consommation que les français sont prêts à faire. Ouvrir le dimanche ne fait que diminuer le montant d’achats sur les autres jours (à un bout de pourcent près qui serait sans doute « gagné »). En conséquence, les emplois créés le dimanche, le seraient, si ouverture généralisée le dimanche, au détriment des autres jours:
– soit le nombre d’employés les autres jours reste le même, ce qui veut dire que la productivité baisse donc des entreprises font faillite.
– soit il y a baisse d’employés sur les autres jours, à priori quasiment autant que les emplois « créés » pour le dimanche.
– et de plus, les « nouvelles » ouvertures font baisser le CA des magasins qui étaient les seuls à être ouverts

De plus, votre vue partiale (dicté par une idéologie libérale, alors que moi-même je ne soutiens le libéralisme que lorsqu’il est bon pour la société, pas par idéologie) vous fait oublier que beaucoup de gens ne veulent pas travailler le dimanche. Outre les quelques catholiques comme moi, qui hélas se font rare, il y a aussi des gens voulant avoir un jour de repos fixe et synchrone avec la majorité des gens.

Or, il est évident que à l’embauche, si l’ouverture le dimanche était autorisée, le fait de ne pas vouloir travailler le dimanche deviendrait un critère discriminatoire de facto (même si c’était en théorie interdit par la loi).

La question est donc beaucoup plus complexe que vous ne le prétendez, elle mérite des reflexions et des études approfondies. Il n’est pas compliqué de s’organiser pour ne rien avoir à acheter en vêtements le dimanche !!

Il est facile pour des cadres et des gens aisés comme nous sommes pour la plupart parmi les défenseurs du libéralisme, de demander aux pauvres de travailler le dimanche. Il est également facile pour se donner bonne conscience, de dire que beaucoup souhaitent travailler. Mais il est aussi vrai que s’ils en avaient la possibilité, la plupart souhaiteraient surement travailler plus les jours déjà ouvrés, ou avoir moins de RTT, mais rarement « travailler le dimanche » !

Donc certes, il faut réformer la loi, certes, il ne faut pas se faire dicter la loi par les syndicats, mais l’ouverture généralisée le dimanche n’est pas une solution miracle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *