florilege-dimages-des-manifs-anti-cpe-et-des-casseurs

Comme vous le savez, ces nuls de l’UMP ont laissé tomber le CPE face à la révolte fomentée par l’extrême gauche qui a manipulé des millions de lycéens qui n’y connaissent rien au maché du travail.
 
Cela signifie en passant que si même l’UMP recule, vous savez quels partis il reste pour réformer la France: MPF et FN (malgré les dérives xénophobes de ce parti)
 
Merci France-Echos, voici un petit florilège d’image de casseurs et de vidéos. Les recoupements d’informations permettent d’estimer qu’au total, dans les gens qui « foutaient la merde » il y avait 75% de gens d’origine étrangère et 25%de gens d’extrême gauche. Les casseurs anarchistes étaient plus nombreux au début, mais la stratégie de Sarkozy de « faire pourrir les manifs en laissant les « IOOE » casser du blanc, a porté ses fruits peu à peu ».
 
Sarkozy montre la son vrai visage! il se prétend réformiste mais plie à la moindre manifestation car son seul but est d’être élu, ce n’est pas le bien de la France. Il s’en fout pas mal de la sécurité des manifestants gauchos
 
bizarre, les casseurs ont l’air de noirs et d’arabes… vous en voyez beaucoup des jeunes blancs en survetement et sweat à capuche, parmi les jeunes socialistes parigots?
Sarkozy oui, il a du mal à reconnaitre les casseurs. Pourtant les images les montrent clairement, ca se voit, non?
 
Dans cette autre vidéo, l’origine ethnique des casseurs semble plus partagée. Mais contrairement à la rumeur qui a circulé sur le net, je ne vois aucun type au look d’extreme droite cheveux court, cheich et santiags.. oh non
 
 
Citons aussi cet extrait d’article du pourtant très islamo-gauchiste journal Le Monde qui a « suivi » un groupe de « jeunes » composé de 70% de noirs, 25% d’arabes et 5% de blancs (en rendant lisibles les mots utilisés):

Dans le métro, leurs véritables intentions commencent à poindre. Lorsque des voyageurs pénètrent dans le wagon, quelques-uns crient : « Il y a de l’argent qui entre. » Ils prennent à partie, sans violence, deux adultes qui ressemblent, à leurs yeux, à des flics. Ils rigolent en constatant que des voyageurs n’osent pas entrer dans leur wagon. Ils font peur et s’en délectent. Ce qui ne les empêche pas de faire de l’humour : « Attention aux pickpockets », dit l’un d’eux ; « C’est encore des Noirs et des Arabes qui foutent le bordel », crie en autre. Eclat de rire général dans la bande, composée majoritairement de Noirs, d’une minorité de Maghrébins et de quelques Blancs.

La bonne humeur n’exclut pas la préparation. Les premiers sont arrivés au départ de la ligne de métro, à Bobigny, au moins une heure avant le départ du groupe. Par téléphone, ils n’ont cessé de se renseigner sur l’arrivée des retardataires, attendant d’être au complet pour partir pour Paris. Presque tous ont revêtu l’uniforme « caillera », racaille, – survêtement à capuche, gants, sac à dos – pour pouvoir se dissimuler et courir vite. Quelques-uns, plus prévoyants encore, ont apporté dans leur sac de quoi se changer en route et échapper ainsi aux repérages (photo et vidéo, notamment) des forces de l’ordre.

Après une heure de violences continues dirigées contre des manifestants blancs mais aussi, à deux reprises, d’origine maghrébine, ils se lassent. Certains proposent alors de chercher à s’en prendre à des « Schmidt », les policiers, mais ceux-ci paraissent trop bien protégés. Avant d’arriver sur l’esplanade des Invalides, ils décident de s’intéresser aux commerces. « Faut se faire un magasin et se faire la caisse », propose un des garçons.

On ne saura pas s’ils sont passés à l’acte, certains nous ayant vivement demandé de « dégager ». On apercevra cependant des membres du groupe encore actifs, esplanade des Invalides, jusqu’à la dispersion finale. Combien ont été arrêtés par la police ? Impossible de le savoir. La semaine précédente, une dizaine d’entre eux avaient été interpellés par les forces de l’ordre pendant ou après la manifestation.

Luc Bronner

Article paru dans l’édition du 25.03.06

 
Une dernière image pour la route, d’un média américain:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *